Avis : L'Elue d'Emmanuelle De Jesus

Ecrire un commentaire
Avis : L'Elue d'Emanuelle De Jesus L’Élue d'Emmanuelle De Jesus
Série: Salmacis #1
Publié par Hachette Jeunesse le 02 mai 2014
Genres: Amour, Mythologie
Pages: 396
★★☆☆☆
Toute sa vie, Faustine Sullivan, seize ans, s’est contentée d’une place à l’ombre de son frère jumeau. Mais c’est à la mort de ses parents, dans un pensionnat perdu dans la montagne, qu’elle trouve l’envie d’exister. Quelle est cette force irrésistible qui l’attire vers le mystérieux Andrea ? Et comment imaginer qu’en cédant à ses sentiments, Faustine risque de se brûler les ailes ?
Le roman d’Emmanuelle DE JESUS appartient à la littérature jeunesse, et cela se sent. J’en conviens que lorsqu’une œuvre appartient à un genre (littéraire, cinématographique, etc.), celle-ci suit des codes ou des points précis qui font de ce genre quelque chose d’unique et de dissociable du reste. Mais entre s’inspirer de ces points et les suivre quasiment à la lettre, il y a une grande différence, notamment sur la question de l’originalité de l’œuvre présentée. Nous pouvons lire un genre précis parce que ce qu’il a à nous offrir nous plaît mais retrouver la même chose dans une grande partie des œuvres qui le constituent peut très rapidement devenir agaçant. Dans la même veine que Night School ou même pourquoi pas La Maison de la Nuit, mes amis si vous êtes en quête d’originalité, je vous conseillerais de passer votre chemin.


Le propos de ce premier tome est simple, mais étrangement convaincant et efficace. Faustine, notre héroïne, arrive dans un nouvel établissement en compagnie de son frère jumeau, Sascha. Si lui s’intègre très facilement à ce nouvel univers et se fait rapidement apprécier des étudiants, comme toujours, Faustine reste, elle, dans l’ombre et à l’écart des élèves populaires. Elle va rencontrer le mystérieux Andrea et tous les deux vont se tourner autour. Mais de nombreux mystères entourent Andrea et sa famille.
Le roman est plein de clichés (les personnages, les lieux, etc.) et je m’attendais quand même à mieux du livre qui a gagné le concours Tremplin d’écriture des Editions Black Moon.

Faustine est une adolescente sympathique et attachante à qui la vie n’a pas fait de cadeau. Orpheline, son père est décédé dans l’attentat du 11 septembre 2001, et sa mère, ne supportant plus la vie sans son époux, a préféré se donner la mort en se jetant de sa fenêtre. Il ne reste à Faustine que son jumeau, Sascha, ainsi que sa tante Anna, auteure de romans à succès qui vit avec Ben, son compagnon. Elle débarque dans un nouvel établissement huppé qui ne correspond guère à son mode de vie plutôt discret et reclus. Faustine, à l’opposé de son frère, est une jeune fille introvertie et mal assurée. Les relations humaines ne sont pas son point fort et c’est pour cela qu’elle se lie rapidement d’amitié avec les adolescents du groupe des « Proscrits », comme elle aime les appeler. Souvent comparée à son jumeau et dans un même temps rabaissée, elle souffre d’un profond mal être : rien chez elle ne lui convient (poitrine quasi-inexistante – taille peu marquée – etc.).
Dans ce nouvel univers, elle va se découvrir une véritable passion pour l’escalade dans laquelle (oh ! miracle !) elle excelle. Cette activité est pour elle un véritable exutoire : elle oublie le poids de sa vie pendant un instant et savoure le moindre contact avec la pierre ou les accroches. On peut se demander d’abord si ce n’est pas la présence du très charmant Andrea qui l’a poussée à choisir ce sport ou si c’était simplement par pur intérêt pour la discipline… je vous laisse y réfléchir. Par le biais de l’escalade, elle va rencontrer de nouvelles personnes vers qui elle ne serait pas forcément allée et va se renforcer émotionnellement. Cette fille timide va se retrouver sous « le feu des projecteurs » grâce à ses étonnantes compétences et va se voir donner un rôle qui ne lui aurait jamais été proposé auparavant (évidemment, hein…).
Enfin bref, je crois que je peux m’arrêter là, vous l’aurez compris (dans le cas contraire, je m’explique), Faustine est l’héroïne caractéristique de ce genre de roman : du vu et du re-revu. Néanmoins, je me dis qu’il ne s’agit que du premier tome et qu’il faut probablement laisser du temps au(x) personnage(s) pour se développer et gagner en profondeur.

Sascha, le jumeau de l’héroïne, est un personnage détestable et égoïste (il en faut bien). Il s’intègre facilement à ses camarades et va sortir avec l’insupportable camarade de chambre de sa sœur. Il délaisse rapidement sa jumelle, qu’il considère probablement comme un poids. Faustine et sa copine ne s’entendent guère, et il prend souvent le parti de cette dernière. Son attitude permet au lecteur de s’attacher encore plus à Faustine qui traverse des épreuves difficiles sans même être soutenue par son propre frère.

Andrea est un étudiant et est l'assistant-professeur de Gilles, le responsable du cours d'escalade. Véritable génie dans cette discipline, il est chargé d'aider Gilles à faire progresser les étudiants et les faire devenir les meilleurs par le biais d'entraînements intenses et rudes. Lors du forum des sports organisés par l'établissement, il va présenter la discipline via démonstration convaincante, et c'est à ce moment-là que nos deux jeunes héros se rencontrent. Outre ses capacités impressionnantes en escalade, Andrea a physique très avantageux et un regard envoûtant. Il a vraiment un charme de fou.
Il entretient très peu de relations amicales avec ses coéquipiers ou même les gens de son âge. Il semble néanmoins s'être pris d'affection pour la petite Faustine et c'est à coup de regards et sourires charmeurs qu'il la soutient dans son calvaire quotidien. Peu loquace, il garde une part de mystère et on n'en sait que très peu sur lui.

L’auteure prend son temps pour présenter la nouvelle vie de Faustine et de Sascha. Et peut-être même un peu trop, d’ailleurs. Les longues descriptions et mises en place ne me dérangent absolument pas, mais les révélations sur Andrea trainent en longueur et n’arrivent que dans les 50 dernières pages. On a donc une grande partie du roman qui est lente et tout finit par s’enchaîner assez rapidement vers la fin, ce que certains trouveront dommage car cela déséquilibre l’histoire. Pour ce qui est des révélations en elles-mêmes, l’auteure a fait de véritables recherches sur la mythologie et c’est vraiment appréciable. Je ne connaissais pas réellement ce mythe et je suis donc restée un peu sur ma faim à l’issue de la fin. J’aurais souhaité en savoir plus et avoir des informations plus détaillées le concernant. Je suis curieuse de savoir ce que l’auteure nous réserve concernant cette prometteuse intrigue et de voir ce qu’elle va pouvoir développer avec ce mythe.


Je comprends qu’à l’issue de cette chronique ce qui en ressort est plutôt négatif. Mais j’ai été tellement happée par cette histoire simple, certes, mais captivante, qu’à ma grande surprise je l’ai lue en moins d’une journée.
La plume de l’auteure est simple et légère, les pages se tournent toutes seules et on veut savoir ce que cache ce fameux Andrea. Je pense que je ne suis plus réellement la cible de ce genre de romans, et c’est pourquoi mon avis dessus reste mitigé. Je laisse néanmoins une chance à la série et je me procurai le second tome plus tard. Je croise juste les doigts, en espérant que l’auteure ne tombe pas dans l’agaçant triangle amoureux qu’on retrouve (trop) souvent dans les romans de jeunesse.


✎ par Llyx

0 commentaires:

Vous souhaitez laisser un commentaire, un avis ou encore une recette de cuisine (si, si, Llyx est toujours très intéressée par ce genre de chose !) et vous ne savez pas bien vous y prendre, voilà quelques conseils :
→ Si vous n’avez pas de compte google ou de blog wordpress, livejournal et autres trucs bizarres, allez dans le menu déroulant et cliquez sur Nom/Url.
→ Si vous êtes un espion du MI6, un agent-double ou encore ma voisine du dessus, vous avez la possibilité de laisser un commentaire en anonyme, en cliquant sur Anonyme, logique le truc !
→ Néanmoins, si nous remarquons toutes sortes d’abus, nous retirons votre commentaire sans préavis, et nous enverrons les Chiens de l’Enfer à vos trousses. Vous êtes prévenus.
Merci d'avance et bonne journée/soirée/nuit.

Enregistrer un commentaire