Avis : L'Échiquier des Dieux de Richelle MEAD

3 commentaires
Avis : L'Echiquier des Dieux de Richelle MEAD L'Échiquier des Dieux de Richelle MEAD
Série: L'Ère des Miracles #1
Publié par Milady le 22 août 2014
Genres: Fantasy, Urban-Fantasy, Mythologie, Dystopie
Pages: 704
★★★☆☆
Combattante invincible à la beauté surnaturelle et entièrement dévouée à la République, Mae Koskinen a pourtant commis une grave erreur. Prête à tout pour racheter sa faute, elle accepte de servir de garde du corps à l’arrogant Justin March : enquêteur de génie exilé depuis des années et rappelé afin d’élucider une série de meurtres rituels. Alors que leur enquête progresse, ils comprennent que leurs découvertes les exposent à un terrible danger… et que leurs destins sont liés. Car dans l’ombre, de mystérieux ennemis se regroupent, prêts à reprendre le contrôle de ce monde dans lequel les humains ne sont que des pions sur un échiquier.

Pendant ma lecture, je trouvais que « Richelle MEAD » était un nom qui me disait vaguement quelque chose. C’est donc en faisant une recherche sur ses différents écrits que je me suis rendue compte qu’il s’agissait de la célèbre auteure des séries Vampire Academy et Succubus. Deux séries qui m’avaient moyennement plu, et dont je n’étais pas allée au-delà du premier tome de chacune. J’ai donc continué ma lecture, stressée à l'idée de ne pas apprécier ce roman-là non plus. Eh bien contrairement à mon appréhension après cette découverte et quelques points noirs, j’ai été très agréablement surprise.

J’ai découvert ce roman lors de sa première publication par les éditions Bragelonne, et le résumé ne m’avait pas plus emballée que ça. Néanmoins lors de sa seconde sortie, cette fois-ci par les éditions Milady, le résumé différait et j’ai été tout de suite plus convaincue. Comme quoi, tout est une question d’approche et de formulation. Ou alors c’est moi qui suis chiante, ce qui je vous l’accorde est tout à fait probable.


L’auteure nous entraîne dans un monde dystopique et mythologique dans lequel elle aborde habillement des problèmes actuels.
Le monde tel qu’on le connait n’existe plus. Victime d’un virus meurtrier nommé Méphatrucbidule (après recherche le nom correct est Méphistophélès. J’y étais presque quoi), la majorité de la population mondiale a été décimée. Le récit commence à l’Ère des Miraclesla modernité, les avancées technologiques et le patriotisme priment sur tout autre chose, et où les religions et les croyances sont étroitement surveillées voire même prohibées.
L’Amérique, et plus précisément l’Amérique du Nord, s’est reconstruite en une seule et unique République (RUNA) dont la capitale est Vancouver, également appelée le Joyau. Les terres, autrefois des pays, sont désormais appelées des territoires, petit à petit annexés par la RUNA ou l’AEO (République d'Asie).

C’est dans ce nouvel univers, complexe et très structuré, que notre récit commence. Nous rencontrons alors la prétorienne et non moins castée Mae Koskinen. Cette grande blonde à la beauté envoûtante est également une guerrière hors pair. C’est après une violente bagarre avec l’une de ses camarades qu’elle obtient un blâme qui l’a destitue provisoirement de son statut et qu’elle devient chargée de la protection d’un certain docteur Justin March.
Mae est originaire de la caste des pays Nordiques, et bien que destinée à une vie de luxe et d’oisiveté, elle a choisi de devenir un Soldat dévoué à la République afin de se libérer de l’emprise de sa mère et des convenances de cette vie qui lui correspond si peu. De par son éducation de « princesse », elle peut se montrer hautaine et fière.
Depuis quelques temps, une ombre noire mystérieuse l’assaille lorsqu’elle se bat, mais elle ne s’en préoccupe guère plus que ça.

March, docteur Justin March, est un plébéien (citoyen de la RUNA) alcoolique, drogué et dragueur invétéré. Mais il est aussi et surtout un « serviteur de la vérité » (fonctionnaire chargé d’accorder des licences aux groupes religieux et de les surveiller) exilé au Panama. C’est pour enquêter sur des meurtres étranges et qui semblent religieux qu’il est rappelé à Vancouver. On découvre alors un serviteur très doué et extrêmement méticuleux. Il passe en revue chaque détail et tous les éléments à sa portée jusqu’à en devenir fou.
Je l’ai trouvé beaucoup plus attachant et sympathique que notre héroïne, Mae. D’ailleurs, leur relation est vraiment frustrante, ils passent du je t’apprécie beaucoup à je te déteste cordialement, à longueur de temps. Alors j’espère que dans le tome 2, leur relation sera plus « posée » ou du moins qu’elle arrêtera d’osciller entre deux états.

Ce premier tome se concentre essentiellement sur les différents personnages et leur histoire au détriment, à mon grand regret, de l’intrigue et de l’enquête principale. Raison pour laquelle, j’ai trouvé à plusieurs reprises que le récit traînait en longueur et manquait de rythme, et j’ai dû faire des pauses dans ma lecture.
Pendant la première partie du roman, certains éléments sont confus et flous, notamment concernant les raisons de l’exil de Justin, l’origine de cette mystérieuse ombre noire de Mae et autres, mais ce n’est pas vraiment embêtant puisqu’on se doute que l’auteure fera la lumière sur ces énigmes. Mais quand on a enfin les réponses, elles arrivent quasiment toutes en même temps, ralentissant à nouveau le rythme de l’histoire.

Une chose devient récurrente ces derniers temps, ou du moins dans mes récentes lectures, c’est la présence d’un glossaire en fin de roman. C’est un outil intéressant et précieux puisqu’il nous permet de connaître en quelques lignes seulement la définition – caractéristique d’un terme employé. Néanmoins, fait qui m’agace passablement, c’est de devoir durant ma lecture, aller à celui-ci pour comprendre de quoi retourne tel ou tel terme nécessaire à la compréhension, parce que l’auteur ne l’explique pas dans le texte. Je peux comprendre que c’est un gain de temps – de place – ou je-ne-sais-quoi-d’autre, mais je n’aime vraiment pas devoir quitter ma lecture pour ça.


Malgré quelques longueurs, j’ai apprécié ma lecture et l’univers créé par Richelle MEAD. Les personnages sont intrigants, et j’ai hâte de suivre à nouveau leurs aventures.


✎ par Llyx

3 commentaires:

  1. J'ai aussi du mal avec ses autres séries, j'en viens toujours à être très énervée par les choix des personnages et ça me gache le tout au final. Je suis contente en tout cas de voir que tu as passé un bon moment. Je trouve que pour le moment cette série passe mieux et j'ai beaucoup aimé le tome 2 qui nous fait voyager en dehors de RUNA (nom de la nation en VO).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me sens moins seule d'un coup. Je suis parfaitement d'accord avec toi : j'apprécie les différents univers qu'elle a pu mettre en place, mais je n'ai jamais accroché à ses personnages, et leurs évolutions m'ont souvent très déçue.
      Là, j'ai tout de suite plus accroché.
      C'est cool ça, on va pouvoir découvrir un peu plus cet univers :)

      ✎ Llyx

      Supprimer
  2. J'ai aussi du mal avec ses autres séries. J'espérais que ce serait différente avec celle-là mais le manque d'épaisseur de l'intrigue m'a vraiment trop gênée !

    RépondreSupprimer
Vous souhaitez laisser un commentaire, un avis ou encore une recette de cuisine (si, si, Llyx est toujours très intéressée par ce genre de chose !) et vous ne savez pas bien vous y prendre, voilà quelques conseils :
→ Si vous n’avez pas de compte google ou de blog wordpress, livejournal et autres trucs bizarres, allez dans le menu déroulant et cliquez sur Nom/Url.
→ Si vous êtes un espion du MI6, un agent-double ou encore ma voisine du dessus, vous avez la possibilité de laisser un commentaire en anonyme, en cliquant sur Anonyme, logique le truc !
→ Néanmoins, si nous remarquons toutes sortes d’abus, nous retirons votre commentaire sans préavis, et nous enverrons les Chiens de l’Enfer à vos trousses. Vous êtes prévenus.
Merci d'avance et bonne journée/soirée/nuit.